loading_img

Libérés de prison sur le papier, déportés le lendemain : l’histoire cachée des juifs de la Santé

Libérés de prison sur le papier, déportés le lendemain : l’histoire cachée des juifs de la Santé
02/04/2022

Libérés de prison sur le papier, déportés le lendemain : l’histoire cachée des juifs de la Santé

  • Par hggfd
  • |
  • 311 Vues

Sur le cliché anthropométrique, il regarde fixement l’objectif, la paupière un peu tombante, en tenant bien droit le panneau indiquant son nom : « Fruchter ». Il porte une chemise blanche sous sa veste grise, ses cheveux noirs et brillants sont soigneusement crantés, une ombre de moustache se dessine au-dessus de sa bouche. C’est un beau jeune homme triste. Il a 20 ans. Il n’atteindra pas les 21.

Ernest Fruchter est pourtant un garçon ingénieux, mûr, bien décidé à vivre. Amoureux, il vient d’avoir un bébé, dit-il aux policiers. Par deux fois, déjà, il s’est extirpé des mailles du filet. Le 14 mai 1941, il est arrêté par la police parisienne lors de la rafle dite « du billet vert », en même temps que plus de 3 700 autres juifs étrangers convoqués pour ce qui est présenté comme un simple contrôle d’identité. Une souricière, en réalité. Né à Budapest en 1922, arrivé en France à l’âge de 2 ans, Fruchter a beau disposer de papiers en règle, d’un métier d’horloger, comme son père, il se retrouve interné au camp de Pithiviers, dans le Loiret. Il s’en échappe au bout d’un mois. Repris en août, renvoyé à Pithiviers, il s’évade de nouveau trois jours plus tard, à la faveur de la nuit. Il rentre alors chez lui, dans le quartier de Belleville, à Paris. Cette fois-ci, il adopte prudemment une fausse identité. Il achète des papiers au nom de Georges de Janssens, un pseudonyme qu’on croirait échappé d’un roman de Modiano.

Lire aussi Article réservé à nos abonnésDes photos inédites lèvent le voile sur la « rafle du billet vert », en 1941, dans Paris occupé

Cette protection ne suffit pas. Le 28 juillet 1942, Ernest Fruchter est arrêté une troisième fois. Deux policiers en civil l’interpellent alors qu’avec deux amis il tente de récupérer des affaires dans l’appartement sous scellés que sa famille a dû quitter à la hâte quelques jours plus tôt : sa mère, Rachel, sa sœur, Edith, et son frère, Richard, ont tous les trois été pris lors de la rafle du Vél’d’Hiv, le 16 juillet. « Son père, lui, se cachait dans les toilettes, en croyant que la police ne prenait que les hommes, raconte aujourd’hui Paul Curtz, un membre de la famille. Il a entendu toute l’arrestation. »

De Paris à Auschwitz, via Drancy

Libérés de prison sur le papier, déportés le lendemain : l’histoire cachée des juifs de la Santé

Porteur de sa fausse carte d’identité, Ernest est amené au commissariat, vite démasqué, puis transféré au « dépôt », un local de la Préfecture de police situé au sous-sol du palais de justice, sur l’île de la Cité. C’est ici que, le lendemain, il est pris en photo, assis sur une des chaises avec appuie-tête en acier inventées par Alphonse Bertillon, le « père » de la police scientifique (pour son système d’anthropométrie judiciaire). « Je n’ai jamais appartenu à aucune organisation relevant de la IIIe Internationale, je ne me suis jamais occupé de politique », affirme le jeune homme lors de son interrogatoire, alors qu’on le soupçonne d’être un activiste communiste et d’avoir participé à un attentat.

Il vous reste 84.78% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.