loading_img

Braquage du tabac d'Objat en Corrèze : deux frères condamnés à deux ans de prison ferme

Braquage du tabac d'Objat en Corrèze : deux frères condamnés à deux ans de prison ferme
03/09/2022

Braquage du tabac d'Objat en Corrèze : deux frères condamnés à deux ans de prison ferme

  • Par hggfd
  • |
  • 71 Vues

Une fois exploité par la gendarmerie, un lien avait pu être établi entre le vol de véhicule en Dordogne, le 13 décembre, et un vol à main armée, le lendemain à Objat, en Corrèze. La Modus qui s'est avérée volée, avait été repérée sur les images de vidéoprotection d'Objat, à l'heure précise du vol. Quant à la Laguna, son propriétaire était identifié rapidement.Braquage du tabac d'Objat en Corrèze : deux frères condamnés à deux ans de prison ferme Braquage du tabac d'Objat en Corrèze : deux frères condamnés à deux ans de prison ferme

Deux voitures qui mènent aux braqueurs

Cagoulés et gantés, les deux protagonistes étaient repartis ce 14 décembre avec 800 euros, après avoir pointé leurs armes factices sur le gérant. Puis, ils avaient redéposé la Modus, avant de repartir en Laguna.

Une fois l'identité des deux suspects mise au jour, douze militaires du PSIG, une équipe cynophile d'Ussel, huit gendarmes de la BR et deux la SR interpellaient les deux mis en cause à leur domicile respectif, le 17 janvier au petit matin. Trois armes à feu étaient saisies. Nathan et Quentin Labbé, deux frères de 22 et 19 ans, ont ainsi été jugés ce mercredi à Brive, en comparution immédiate, le dossier à la base criminel ayant été correctionnalisé.

Deux hommes cagoulés et armés braquent un bureau de tabac à Objat (Corrèze) : le patron victime de l'agression témoigne

Les regrets des deux frères

Braquage du tabac d'Objat en Corrèze : deux frères condamnés à deux ans de prison ferme

« J’avais des dettes et j’ai demandé de l’argent à de mauvaises personnes qui voulaient s’en prendre à moi et à ma famille. J’ai fait cela pour rembourser. Je m’excuse sincèrement auprès de la victime », a expliqué à la barre Nathan Labbé, 22 ans. « Je savais qu’on allait faire du mal. J’ai de la peine pour le gérant. Je n’avais pas de travail, plus de quoi remplir le frigo, ni mettre de l’essence dans la voiture », se justifie de son côté Quentin Labbé, 19 ans, qui a acheté l’arme « à découvert » sur Internet.

Un braquage préparé

Ces actes « gratuits » ont laissé la partie civile, songeuse, tant les regrets, même sincères, semblaient éloignés du traumatisme vécu par le gérant de tabac agressé, qui redoute les fin de journée depuis cet événement.« C’est plus facile et rapide d’acheter une arme et de braquer une caisse que de trouver une autre solution. C’est gratuit et réfléchi », a déploré Me Manon-Alizée Gillet, pour le gérant du tabac. Un dernier point sur lequel la rejoint le parquet, qui a requis 5 ans de prison contre les deux frères, au casier judiciaire vierge. « Il y a eu des échanges en amont, on vole une voiture, on achète une arme, on met des gants et des cagoules. On brûle ensuite des vêtements. On est sur un coup élaboré qui ne correspond pas aux déclarations de ces hommes qui se disent acculés par les problèmes d’argent » a constaté Emilie Lasbats, substitut du procureur.

Comment la commune d'Objat (Corrèze) s'équipe pour lutter contre la délinquance

Des marques d'amateurisme

Quand le Parquet voit un braquage organisé, la défense des prévenus voit dans ce vol à faible butin, de l’amateurisme. « On a volé une voiture parce qu’elle était ouverte. Ensuite, en entrant dans le tabac, on se trompe de porte. Quand on redépose la voiture, on oublie d’effacer les traces. Du coup, on revient le lendemain pour le faire. Tout cela témoigne d’une grande désorganisation », a insisté Me Marie-Eponine Vaurette. « C’est un braquage qui a été ramené à un vol avec violence en réunion. Il doit être jugé comme tel et non comme un crime. Ils ont le droit à une peine mixte, avec une mise à l’épreuve, car c’est leur première condamnation », a ajouté Me Noël Coulaud.

Un argument en partie entendu par le tribunal qui a condamné les deux frères à trois ans dont un an assorti d'un sursis probatoire. Ils devront travailler, suivre des soins psychologiques, ne plus se rendre au tabac d’Objat. Ils ont été incarcérés à la sortie de l'audience.

Pierre Vignaud