loading_img

Tribunal de Perpignan : après un vol de sac à main, "l'enquête" dérape en règlement de compte

Tribunal de Perpignan : après un vol de sac à main, "l'enquête" dérape en règlement de compte
01/03/2022

Tribunal de Perpignan : après un vol de sac à main, "l'enquête" dérape en règlement de compte

  • Par hggfd
  • |
  • 316 Vues

En ce 10 avril 2021, quatre couples prennent tranquillement l'apéritif à Ponteilla quand l'une des dames constate la disparition de son sac à main. Les soupçons se portent très vite sur un jeune garçon que l'on a vu rôder dans le quartier. Mais ce dernier a disparu.

Les recherches pour retrouver le sac volé qui aurait pu être abandonné dans la nature voisine ne sont guère plus fructueuses. Les copains décident alors de demander à l'un des habitants du quartier, connu pour avoir des démêlés avec la justice, où ils peuvent trouver leur suspect.

Ils se rendent chez l'homme en question. L'un d'eux commence à discuter avec lui dans son garage. Mais, il n'apprécie pas vraiment cette intrusion et, d'après eux, les aurait même traités de racistes. Et une empoignade débute. Suivie d'un coup de tête assené à l'un des intrus. Les amis s'en mêlent. Le propriétaire des lieux s'empare d'un couteau. L'un des "agresseurs" est légèrement blessé au bras.

Bilan : plaintes déposées d'un côté comme de l'autre et cinq personnes convoquées devant le tribunal pour violences aggravées ce lundi 24 janvier 2022.

"Quoi qu'il se soit passé, on ne fait pas justice soi-même, martèle le procureur en liminaire de son réquisitoire. On appelle la gendarmerie. Au moins trois des quatre prévenus ont déboulé dans le garage de ce monsieur. Je ne dis pas qu'il y a eu un véritable passage à tabac, mais les violences en réunion sont caractérisées. Quant au cinquième, il a sorti un couteau !Il s'est défendu de la pire des manières. Je requiers contre elle 6 mois de prison aménageables et 6 mois avec sursis pour les autres prévenus".

Légitime défense ou réaction violente ?

Défenseur des quatre amis, Me Nassier commence par constater "la rencontre entre deux mondes, quatre hommes au casier vierge face à un autre connu de la justice. La voisine témoigne qu'il n'y a eu à l'origine qu'un homme seul qui a posé des questions.C'est l'empoignade qui a tout fait basculer. Il s'est énervé après avoir déclaré "vous voyez bien qu'il n'y a pas de sac ici".

Les autres sont en retrait, ils n'interviennent qu'après le coup de tête. L'un des trois affirme n'avoir donné aucun coup, ses copains en attestent. Il doit être relaxé".

De son côté, Me Vachet qui défend l'homme qui se trouvait chez lui a bien sûr une autre lecture de l'affaire : "Pensez à l'inviolabilité du domicile ! Quatre personnes déboulent pour faire le coup de poing. Il était paniqué, acculé dans son garage. Il appelle sa femme à l'aide, leur demande de partir. Il aurait dû se mettre en boule et se faire rouer de coups en attendant que la gendarmerie arrive ? Il s'est défendu comme il a pu, avec les moyens qui étaient les siens. Rien de plus ! "

Le tribunal s'est donné jusqu'au 14 février pour trancher et donner sa décision.

(SOURCE : L'INDEPENDANT)

Mots clés:
Partager