loading_img

Le phare d’Alexandrie a brillé pendant plus de mille ans avant de s’effondrer

Le phare d’Alexandrie a brillé pendant plus de mille ans avant de s’effondrer
18/04/2022

Le phare d’Alexandrie a brillé pendant plus de mille ans avant de s’effondrer

  • Par hggfd
  • |
  • 291 Vues

EAUX PÉRILLEUSES

Alexandrie avait la forme d’un rectangle presque parfait et se trouvait entre la mer et le lac Mariout. Les voyageurs d’alors la comparaient à une chlamyde, un manteau militaire de la Grèce antique. La ville s’approvisionnait en eau grâce à un canal relié à la branche canopique du delta du Nil. Ses égouts et ses larges avenues n’avaient pas leur pareil en Méditerranée orientale. Cette cité merveilleuse se divisait en cinq quartiers et près d’un quart de sa surface était recouverte par les palais et les jardins royaux.

La profondeur de son port était idéale pour les navires à fort tirant d’eau. Un chapelet d’îles protégeait d’ailleurs celui-ci des vents dangereux du nord. Pourtant, sans boussole ou sans instruments de navigation, il était difficile de se repérer en observant le littoral à l’œil nu : dans la région du delta du Nil, il n’y a ni montagnes ni falaises ; la côte n’est qu’un paysage de marais et de zones désertes s’étendant à perte de vue, et la terre est si basse qu’elle semble parfois se cacher derrière la mer.

Le phare d’Alexandrie a brillé pendant plus de mille ans avant de s’effondrer

Mais il y avait un autre péril dans le paysage : un vaste relief à peine immergé, inconnu de ceux qui n’avaient jamais fréquenté ces eaux. Nombreux étaient les marins qui, au moment où ils pensaient que la partie la plus périlleuse de leur voyage était derrière eux, venaient s’échouer sur ce banc de sable. Et ce n’était pas leur dernière épreuve. Il fallait encore affronter une double rangée de récifs, synonymes de naufrage et de mort lorsque les vents n’étaient pas favorables. La construction d’un phare s’imposait donc. Mais pas n’importe quel phare.

Partager