loading_img

Sécurité à bord des annexes : Savoir allier réglementation et sens marin

Sécurité à bord des annexes : Savoir allier réglementation et sens marin
17/09/2022

Sécurité à bord des annexes : Savoir allier réglementation et sens marin

  • Par hggfd
  • |
  • 116 Vues
Olivier TourchonPublié le
Suivre

Selon le rapport du SNOSAN (Système National d'Observation de la Sécurité des Activités Nautiques), il y a eu, en 2020, 191 opérations de sauvetage qui impliquaient des annexes. Ce chiffre, en hausse de presque 12 % par rapport à l'année 2019 (171 opérations) tend à montrer que l'annexe, bien qu'elle soit le plus souvent proche des côtes ou de son bateau-porteur, reste un endroit accidentogène.Sécurité à bord des annexes : Savoir allier réglementation et sens marin Sécurité à bord des annexes : Savoir allier réglementation et sens marin

Absence de règles claires sur les annexes

La réglementation n'impose pas - en mer - de matériel de sécurité à bord des annexes. Que celle-ci navigue dans sa zone primaire (à moins de 300 mètres d'un abri) ou dans sa zone secondaire (à moins de 300 mètres de son bateau-mère), la seule recommandation est de porter des gilets de sauvetage et que ceux-ci soient dotés d'un moyen de repérage lumineux.

En 2020, sur les 58 personnes disparues ou décédées en mer, 3 étaient à bord de leur annexe. En lui-même, ce chiffre est modeste. Il représente néanmoins un peu plus de 5 % des décès en mer. Si rien ne dit que ces personnes portaient ou non leurs équipements de sécurité, le moyen d'alerte utilisé (téléphone mobile depuis la terre à 34 % et à 20,4 % via un téléphone mobile en mer) laisse penser que les personnes présentes à bord ne disposaient à minima pas d'une VHF portable.

Changeons nos habitudes de navigation

Sécurité à bord des annexes : Savoir allier réglementation et sens marin

Le fait qu'aucun matériel ne soit obligatoire au sens réglementaire n'est pas pour autant une invitation à prendre des risques. Être sur l'eau, parfois au large, sans aucun moyen de sécurité, représente une prise de risque largement accrue par le fait que les annexes sont d'ordinaire des pneumatiques qui peuvent chavirer facilement.

Le bon sens marin doit, ici, prendre le pas sur la loi. Porter son gilet de sauvetage, disposer d'une VHF portable et de l'armement côtier sont une précaution qui semble raisonnable et peut réduire de 5 % le nombre de décès en mer.

Au rang des accessoires utiles au même titre que la VHF portable (chargée),un grapin et un bout suffisament long permettront de mouiller en cas de besoin et d'éviter de dériver si le vent est trop fort ou que le moteur se montre récalcitrant.

Des rames ou des pagaies seront bien utiles, pour pouvoir se déplacer en cas de panne du moteur.

Une lampe frontale et une lampe à main, chargées elles-aussi, pour le retour de nuit.

Un gonfleur en cas de fuite ou de dégonflage malveillant pendant l'escale

Le tout restera dans l'annexe ou sera emmené en bandoulière, rangé dans un sac étanche qui permettra de conserver tout ce matériel bien au sec.

Rester raisonnable

Dernier point, il est crucial de garder à l'esprit qu'une annexe n'est faite normalement que pour aller et venir de la terre vers le navire porteur. Ces déplacements ne sont à réaliser que lorsque les conditions, météorologiques notamment, le permettent. Il est toujours plus sûr de demeurer dans un bateau fiable (voilier comme vedette mouillée à l'ancre ou à un coffre) que de monter sur une annexe pour retourner à terre en laissant passer le mauvais temps.

Quant à regagner son bateau depuis la terre en pareille météo, il vaut mieux rester au bar du port en attendant des temps meilleurs.