loading_img

Du Rhum à l'hôtel, ou Cuba à Paris

Du Rhum à l'hôtel, ou Cuba à Paris
24/07/2022

Du Rhum à l'hôtel, ou Cuba à Paris

  • Par hggfd
  • |
  • 233 Vues

Nul n’a vraiment voyagé cet été. Les îles tropicales sont aussi loin que la lune et plus personne ne danse la salsa. Pour se rendre à Cuba, un seul moyen de transport : le rhum. La marque Eminente, un spiritueux crée ex nihilo au sein du groupe Moët Hennessy (qui s’y connaît en liquide à 40°) par Camille de Dominicis, Briac Dessertenne et le maître rhumier César Augusto Martí Marcelo, a décidé de recréer Cuba à Paris. Pour l’occasion, c’est l’hôtel Monte Cristo, au nom de cigare prédestiné, qui se transforme en casa particular. Ambiance caribéenne dans la rue Pascal avec un trompe-l’œil XXL digne du Parti communiste cubain. Pas de douanier à l’entrée mais un barman inspiré. La commande d’un Unexpected Daiquiri – rhum, citron vert, coco, fleur d’oranger – vaut visa de long séjour. Le temps de tamponner deux ou trois recettes originales réalisées avec l’élixir de la bouteille en verre impression peau de crocodile, et on passe à l’étage pour vérifier que la température monte avec l’altitude.» À LIRE AUSSI : Boom de la consommation à domicile, alcools à la mode : les grandes tendances des spiritueux en FranceDans les chambres, il y a de vieilles valises en cuir, des méridiennes en rotin, des chapeaux de paille. L’architecte d’intérieur Pauline d’Hoop – qui a signé la décoration de l’établissement – cubanise les lieux à merveille. Il ne manque plus que l’hologramme du Líder Máximo. Évidemment, avec une telle mise en scène, le rhum sonne comme une évidence. On retourne donc voir Adrian, le barman, désormais un ami proche, pour lui commander une autre de ses préparations. Cette fois, le bougre dégaine un Wild Pineapple à base de rhum (nous ne sommes pas surpris), ananas, Campari, vermouth. Le séjour est plaisant et comme on n’est pas secoué par le décalage horaire, on reste dîner. Qui sait, le patron a peut-être pêché un espadon dans la Seine.

Rhum macéré au café brûlé

C’est Annabelle, arrivée d’une ferme de l’ouest de La Havane, qui est aux fourneaux. Pendant quelques jours, elle propose des tatakis de thon, crème de coriandre et huile de piment, des gambas flambées (au rhum pardi !), des purées de patates douces au ¬gingembre, des bananes rôties, de la glace chocolat-passion. Pas de café, mais du Cafe Cocodrillo, encore une mixture à renverser le régime, avec du rhum ¬macéré au café brûlé, du café, du sherry et un peu de sirop d’érable au café. De quoi réveiller notre côté ¬révolutionnaire, ou contre-révolutionnaire. On ne sait plus. Hôtel Eminente, 20, rue Pascal, Paris 5e.

Du Rhum à l'hôtel, ou Cuba à Paris

La rédaction vous conseille :» Quels sont les 3 cocktails stars de la rentrée 2021 ?» les bars des grands hôtels font peau neuve» Les exportations de vins et spiritueux français reboostées