loading_img

Carlo De Benedetti au Soir: «Je m’amuse comme un fou, mais ma tombe est prête»

Carlo De Benedetti au Soir: «Je m’amuse comme un fou, mais ma tombe est prête»
14/05/2022

Carlo De Benedetti au Soir: «Je m’amuse comme un fou, mais ma tombe est prête»

  • Par hggfd
  • |
  • 213 Vues

Les racines de Carlo De Benedetti, qui a tenté en 1988 une OPA sur la Générale de Belgique, sont profondément juives. Le destin de l’homme est marqué par la vie du petit garçon réfugié en Suisse.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef
Par Béatrice Delvaux
Temps de lecture: 11 min

En 1988, Carlo De Benedetti mettait la Belgique en état de choc. L’Ingegnere, patron de la Cir, la Compagnie Industriali Riunite, holding qu’il avait fondée en 1976, devenait le Condottiere qui voulait se payer le tiers de l’économie belge en lançant une OPA sur la Société générale de Belgique. Une bataille dantesque se déclenche alors pour contrer cet Italien qui ne doute de rien. Près de 30 ans plus tard, nous le retrouvons à Dogliani, un petit village du Piémont, à une heure de Turin. C’est le lieu qu’il a choisi pour nous raconter ses « racines élémentaires », et pour cause, c’est là qu’il a vécu son enfance et sa jeunesse, là qu’il a décidé de vivre les week-ends d’été à la fin de sa vie, et là aussi, nous dira-t-il plus tard, qu’il sera enterré : « Allez au cimetière, vous pourrez dire que vous êtes allée sur la tombe de De Benedetti. »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois(sans engagement)

J'en profite
Déjà abonné ?Je me connecte

Carlo De Benedetti au Soir: «Je m’amuse comme un fou, mais ma tombe est prête»